16 février 2011

Suite et fin de l'effeuillage

(Aujourd’hui, tempête à Formentera. Je suis allée nager, avec tuba et palmes. La tête sous l’eau, je n’entends rien et ça me soulage beaucoup. J’en ai profité pour préparer mon rapport terminal… ah, moi je sais faire durer le suspense, pas vrai…) 

D’autant que la dernière partie du roman réserve des surprises… attendues… et d’autres plus étonnantes, comme la présence d’un livre II (je n’avais pas noté de livre I). Revenant au début de l’ouvrage, j’ai constaté qu’il existait effectivement. Mais en continuant ma lecture, je n’ai pas noté de différence, comme s’ils ne formaient tous deux qu’un seul et même livre.

Mais revenons à mon épouillage pointilleux. P241- Issu de minorité, ça doit vouloir dire Noir. Mais c’est vrai, je suis bête, le personnage se nomme Kingston…p242 La bière française est-elle si bon marché en Suisse ou essaie-t-on de nous glisser une subtilité de plus à propos de Kingston ?p243, Kingston trouve les supérieurs de Nick stupides : enfin un être doué de bon sens. p246 : heureusement que la féministe du RAWA a besoin de son homme pour la protéger. La morale est sauve. P.248 : je croyais que les bases de données de l’Immigration, de quelque pays que ce soit, comportaient toujours des photos/ Dans les montagnes des Aurès, en Algérie, le mot ninja n’était pas à la mode avant 1962 (aggloméré des combats récents et d’une bataille historique). P250 : le haut fonctionnaire américain fait penser à Henri Kissinger, pas spécialement chrétien ni honnête. P259 : pour ceux qui sont nés après les années soixante, on apprend enfin le pourquoi du comment du mystérieux nom Mandrake. / Sur google Earth, admirable joujou de la CIA, on ne voit pas les routes et les villages ? Il faut lui préférer des cartes d’état-major non actualisées ?/ Le mot mis sous surveillance, c’est « Alert » ou « Red » ? Ou « alert red » se réfère-t-il au signal lumineux de l’ordinateur ?/S’ils frappent Oussama Kandar après que celui-ci ait quitté Kaboul, alors ils ne sauront pas où est le CD. P268 : Oussama se sent honteuse (du fait que sa fille divorce)? P269 : C’est notre nuit, lui dit sa femme puis elle s’endort. P.276 : Les Français ont certes un porte-avions dans le Golfe Persique, au même titre que les Américains et quelques autres, mais c’est assez loin pour une opération éclair dans les montagnes du nord-est de l’Afghanistan. / Le rendu de la campagne afghane est meilleur que les passages à Kaboul, l’auteur se centre plus sur l’action, le lecteur est moins brinqueballé que dans l’univers pittoresque de Kaboul. p.286 : Oussama n’avait pas parlé auparavant du dossier Mandrake au capitaine Kukur. P.309 : l’auteur vend la mèche et annonce ce qui va se passer dans la dernière partie du roman. Le suspense est foutu. p.310 : un agent spécial et spécialiste des sports extrêmes qui ne sait pas contrôler son cœur ? p311 : les caméras de surveillance qui truffent l’Entité n’ont pas capté de pistolet dans sa serviette ? p.313 : La paire de K n’a pas eu le temps d’avertir le reste du commando ?/ La voiture de Nick n’était pas fermée à clef ? p314 : L’auteur devrait faire de la politique « une fois dans le domaine public, il serait en sécurité… ». p 315 : « …Prend un chemin… » : il manque un s . p 317 : une guerre qui ne tue pas d’innocents n’intéresse personne : demandez donc aux Papous d’Irlan Jaia, aux Birmans, aux Somaliens, aux peuples de l’Amazonie, aux mexicains du Chiapas, etc., lesquels selon leurs gouvernements sont tous coupables. P319 : Les cavaliers se détachent de quoi ? S’ils viennent au galop (mettons 45km/h) alors en vingt minutes ils parcourent 15 kilomètres. Pour les voir à cette distance, il faut des bons yeux, avec la courbure de la Terre. p321 : Livre II. Je ne m’étais pas aperçue du Livre I. Dommage que le livre II commence comme la suite du livre I. On s’attendait à un changement de ton ou de lieu. P324 : de la publicité pour une boisson sucrée et gazeuse à base de feuilles de coca, bio matériel de base de la cocaïne ? p.334 : Oussama parle de Mandrake à sa femme, qui ne peut rien savoir de l’affaire et il ne lui demande pas de partir de Kaboul, comme on le lui a conseillé. P335 : Nick en travesti est formidable mais il devrait porter une grille de tissu pour cacher ses yeux bleus non maquillés. P340 : recouvert d’une burka en pleine rue afghane obscure, il est dangereux voire impossible de s’emporter comme le fait Nick. Par ailleurs, l’encombrant vêtement devrait empêcher toute la discussion entre lui et Oussama. P346 : On a patienté 340 pages pour savoir qui était Léonard, ce personnage exceptionnel et mystérieux et la rencontre déçoit. P348 : Mandrake n’est plus top secret et tous les sous-fifres de l’Entité connaissent son petit nom? p 349 : Ce genre d’hôtel possède une climatisation très performante, mais qui empêche d’entendre les chants d’oiseaux du dehors. P350 : C’est donc Abdul Dost qui a prêté sa voiture mais ce n’a pas été précisé auparavant. P352 : [inversion, il faut écrire :] Sa fausse identité découverte, pour prendre l’avion, il avait besoin d’un nouveau passeport… p355 : que sont les « French Doctors » ? p360 : la capacité d’endurcissement se mesure au fait de supporter l’odeur de dix hommes crados ? p364 : Personne à Kaboul ne se bat pour abolir les coutumes (machistes) : et le RAWA, alors ? p365 : Quand sont apparus les jerrycans ? Quand le niveau de la jauge baisse, bien entendu. P374 : L’altitude ne donne pas la dysenterie, qui est une maladie bactérienne voire amibienne. P375 : Ils étaient ensemble avec Joseph puis celui-ci sans se déplacer les vise avec un fusil à lunettes (excellent pour le tir de loin et encombrant en proximité)/ La mort de deux fugitifs était attendue. p 382 : le plan de corruption à grande échelle de Mandrake déçoit un peu : on n’apprend rien de nouveau ni de croustillant qui n’ait déjà été éventé par les médias. P.384 : On apprend enfin à quelle époque on se trouve, grâce à la mention du président Obama. P391 : les archives de la Willard Consulting ont été détruites ? C’est invraisemblable mais surtout l’auteur se coupe d’une possible suite….

A demain pour le plat de résistance.

Posté par FredRomano à 02:55 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,


Commentaires sur Suite et fin de l'effeuillage

Nouveau commentaire