13 février 2011

4 premiers chapitres

Que se passe-t-il chez Robert Laffont? On économise sur les corrections pour abaisser les coûts de production? Dans ces secondes épreuves, j'ai détecté sur les 4 premiers chapitres des invraisemblances, des erreurs relevant du travail de correcteur qui n'a pas été très bien fait. Mais il y a aussi des lieux communs (le "rare don des langues" d'Oussama, à peine bilingüe) et des fautes de goût, comme par exemple le ridicule Qomaandann phonétique dans la bouche de gens s'exprimant par ailleurs normalement. Cependant, l'ambiance anarchique et dépourvue de lois d'un pays en guerre est bien rendue, quoiqu'il n'y ait rien de nouveau: corruption et népotisme à tout les étages, dépandance à l'occupant, promesses et trahisons. Le ique héros hors normes est un sympathique commissaire afghan à la criminelle de Kaboul, même si Oussama fait trop penser à Bin Laden (seuls les Français font la confusion entre Bin saoudien et Ben maghrebin). p12 on comprend enfin le pourquoi du comment:l'ouvrage ne cherche pas un potentiel public US mais une audience russe (d'où beaucoup de piques savoureuses à la Coalition ainsi que de discrets clins d'oeil à la précédente occupation soviétique) et le héros a été nommé ainsi en hommage à l'argent de Bin Laden qui aurait ébloui son père. p17, Oussama a fait un stage à la brigade criminelle de Moscou mais ne reconnaît pas un revolver russe. p18, le pavot-base servirait à fabriquer de l'héroïne et de la cocaïne. Merveilleux mais le pavot suinte de l'opium, lequel raffiné donne de l'héroïne. Quant à la base, c'est le nom vulgaire de la cocaïne-base, cad non raffinée.p23, on glisse dans l'envers des choses, une Suisse non européenne, musclée et cradingue, territoire de non-droit pour des soldats en mission spéciale au vu et au su de tous. L'allusion aux Etats-unis est discrète, sans doute pour éviter les polémiques, mais rappelle les vols illégaux de prisonniers organisés avec escales européennes par l'armée US en 2002-03. Le nouveau héros est tout aussi hors normes, on ne connait pas même sa nationalité (Suisse ou US?) et dont p.43 le physique "d'intello" s'adapte bien aux sports extrêmes. p.45 la fatwa de Sadar n'a pas été inventée par le héros suisse, c'était une croyance très répandue dans le royaume d'Alger au 16eme siècle, quand la majeure partie de la population était d'origine européenne, anciens cathos convertis à l'islam et nostalgiques du cochon. p46, le très discret narrateur nous démontre toute sa connaissance des processus de surveillance sur Internet. La manière dont se nouent les intrigues jumelles dans les deux pays est cependant assez agréable et les aller-retours Berne-Kaboul se font bien. p.50 C'est un bonne idée de faire une sérologie à un mort depuis plusieurs heures si on a des sous à dépenser et du temps à perdre, le virus du sida ne survivant pas à la mort de son hôte.p.52 Allez donc dire aux sunnites que l'islam premier est archaïque. Les talibans, eux, prônent un islam chiite rigoriste inspiré de l'islam saoudien.

Posté par FredRomano à 23:20 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,


Commentaires sur 4 premiers chapitres

    ça dépend

    Imaginez-vous, chère Madame, que jusqu'à la lecture de ce texte ci-dessus, j'avais la déplorable habitude d'écrire dépandance : dépendance. C'est vous dire mon niveau orthographique situé très bas, vraiment, au-dessous de la ligne de flottaison. Merci à vous de m'avoir permis de corriger cette erreur

    Posté par bui, 14 février 2011 à 03:23 | | Répondre
Nouveau commentaire