13 février 2011

Le livre de chez Robert Laffont sur ma boîte à lettres

Ce matin, l'enveloppe défiait les hautes herbes, appuyée sur le pylône d'électricité: Le courrier venait de France et le facteur aime à exposer les plis les plus exotiques. "De veurás, ha rebut el"Home de Kaboul"?..." diront mes voisines de l'île de Formentera.

 

En 2000, enthousiaste, j'avais proposé à mon éditrice française un roman qui ne peut se lire que sur Internet. L'oeil noir, théâtrale, Sarah Bernhardt m'avait répondu que je participais à la prochaine disparition du livre. Je suis heureuse et fière qu'en seulement 11 ans les temps aient changé à ce point qu'un éditeur français, Robert Laffont, non seulement connaisse mais aussi s'ose à utiliser Internet. Je suis ravie d'avoir été sélectionnée pour participer à cette intéressante expérience littéraire, qui j'espère sera bientôt imitée puisque les éditeurs français sont connus pour être très Panurgiens.

 

Je n'ai pas résisté, malgré mes bonnes résolutions. J'ai déchiré l'enveloppe avant d'arriver à la maison. J'aime les livres blancs des dernières épreuves, ils ont une odeur différente de ceux imprimés en quadricolore. Quand on les lit en public, tout le monde sait que l'on est en train de lire un livre spécial, même ceux qui ont du mal à lire le titre, et c'est assez réconfortant pour l'ego.

 

Mais, dans la lettre de bienvenue, le projet de couverture me fait instantanément grimacer: vais-je devoir me taper une bonne grosse merde pseudo-thriller avec sous-implications philosopho-politiques, corruption pétrolifère à l'horizon et autres villepineries? Un roman français qui se la joue US? Je comprends que l'on se réfère à la littérature nord-américaine, c'est la meilleure du monde. En anglais.

Posté par FredRomano à 22:57 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,


Commentaires sur Le livre de chez Robert Laffont sur ma boîte à lettres

Nouveau commentaire